La maltraitance des galgos espagnols

Chaque année des milliers de Galgos et de Podencos sont torturés ou tués dans des conditions effroyables et en toute impunité.

Le statut de chien de compagnie n’existe pas chez eux.
Ils sont élevés et utilisés pour la chasse au lièvre. Celle-ci ne dure que quelques semaines; la chasse terminée ils sont éliminés.

Près de 8.000 lévriers chaque année sont abandonnés, quand ils ne sont pas pendus, jetés dans un puits, traînés vivant attachés derrière une automobile dans des souffrances atroces,d’autre les attachent aux portes des refuges mais pour qu’ils ne puissent pas revenir ils leurs brisent les pattes.

chance-levrier

Ces chasseurs, les galgéros, que l’on devrait appeler barbares prétendent être lié à un code d’honneur bien à eux les poussant quand un lévrier les a déçu à laver leur honneur en les torturants.

Seulement 10% de ces chiens seront secourus et placés dans des refuges appartenant pour la plupart dans des pays Européens environnant. Là ils soignés, déparasités, identifiés par puce électronique, vaccinés, stérilisés si leur age le permet,testés aux maladie Méditerranéennes et surtout sociabilisés,il leur faut commencer à comprendre que l’homme à un cœur et peut être un ami au lieu d’un bourreau.

Nous ne pouvons pas rester insensible à cela, il faut sauver ceux que l’on peut.

maltraitance_1

Vous allez l’accueillir dans les meilleures conditions possibles mais ces lévriers ont subi des traumatismes. La plupart du temps ils ne sont jamais rentrés dans une maison, ils ne savent pas ce que c’est qu’une vitre, une télévision, mais ils ont une incroyable faculté d’adaptation. L’amour dont ils ont tant manqué et que vous allez leur donner sera plus fort que tout. Il va vous falloir de la patience mais interrogez des adoptants, ils sont unanimes, après cette période d’adaptation à leur nouvelle vie ils vous apporteront un bonheur immense

L’adoption est réussie quand les deux, maître et lévriers, sont heureux tous les deux.

Ces deux images représentent le même chien : à gauche l’arrivée au refuge de l’association maigre, blessé, malade, à droite quelques mois plus tard dans sa famille d’accueil britannique où il a retrouvé son charme et son look de lévrier.